Abécédaire du spotting

12 février 2023 - Acrobatie - Commentaires -

Voici un premier article autour d'un thème qui m'est cher: le spotting. Le spotter (parfois appelé "la parade" en gymnastique) est primordial au développement de la pratique de l'acroyoga. Si la communication est capitale au bon déroulement du trio base-flyer-spotter, à quoi faut-il penser?  Vous trouverez ci-après un petit résumé des points essentiels.


Toute personne pratiquant des acrobaties depuis quelques années sait à quel point un bon spotter est précieux. Il nous permet de tenter de nouvelles choses ou d'expérimenter des "tricks" plus risqués en toute sécurité. La sécurité est mère d'une pratique saine et durable.

Malgré tout, il semblerait qu'avec la participation régulière de nouveaux acroyogis aux jams, ce rôle soit souvent négligé. On voit régulièrement des acrobates en herbe s'aventurer dans des choses qu'ils ne maîtrisent pas encore sans spot, ou alors en utilisant un spot qui semble complètement perdu ou qui ne sait pas exactement ce qu'il doit faire. Les accidents deviennent malheureusement de plus en plus fréquents.

Pourtant, le manuel référence de l'acroyoga écrit par Jason Nemer (un des fondateurs de AcroYoga International) est très clair: l'acroyoga est composé de trois rôles: base, flyer et spotter. trois rôles, pas deux. Et de préciser: "Spotting is the most important role in the practice" (Le spotter est le rôle le plus important en acroyoga).

Cet article est un rappel des différents points essentiels à avoir en tête au moment d'assurer ses camarades de jeu. 

Mauvaises expériences

Avant de passer aux points essentiels, j'aimerais partager quelques erreurs typiques dont j'ai malheureusement pu être témoin lors de jams, cours ou festivals d'acrobaties. J'évite volontairement de parler des personnes qui ont testé de nouvelles choses à deux et dont les blessures auraient pu être évitées en utilisant un spotter.

Je me rappelle d'une jam à Lausanne où un groupe de quatre personnes peu expérimentées s'essayaient aux biceps stands. Ils ont décidé d'utiliser deux spotters. Quand j'ai regardé dans leur direction, ils étaient en biceps stand, très instable, quand soudain la base a eu ses jambes qui se sont faites déporter. Aucun spotter n'a réagi. Le flyer est tombé tête la première sur le sol. Les spotters sont restés inactifs et n'ont pas bougé alors que l'on avait besoin d'eux. Par chance, il n'y a pas eu de conséquence grave pour le flyer, simplement quelques douleurs à la nuque. J'ai vu exactement le même genre de scénario lors d'un workshop à une édition du Swiss AcroFest, malgré les très bonnes explications des professeures sur la technique pour sécuriser le trick. Nez en sang, mais heureusement, pas cassé. Un bon spot demande de la réactivité.

Dans une édition du Winter AcroFest, un trio exerçait des icariens (je n'ai pas vu le début de l'acrobatie). La flyeuse était en l'air, mais l'exercice ne s'est pas passé comme prévu, et elle est tombée. Le spotter a essayé de la rattraper, mais il était du mauvais côté et n'a pas pu la retenir. Le coup a été violent, état de choc, mais par chance, sans blessure. Depuis l'incident, je crois qu'elle a arrêté les acros. Dans ce cas, soit le spotter était mal placé, soit il aurait fallu deux spotters. Etre bon spotter demande parfois du savoir-faire.

J'ai également eu un retour d'expérience d'une personne s'étant blessée en spottant. Ils avaient mis des tapis de gym tout autour, en pensant que cela pouvait mieux amortir en cas de chute. Le spotter, concentré sur son rôle, a eu son pied coincé entre deux tapis et s'est foulé la cheville. Parfois, vouloir surprotéger devient dangereux. Le spotter est la meilleure façon de sécuriser un trick. Les tapis peuvent être utiles lorsque l'on n'a pas de spot et que l'on a déjà une certaine maîtrise de l'acrobatie. Sécuriser demande un savoir faire et il est possible de se blesser, même en spottant. La blessure la plus classique est le coup de pied dans le nez. Savoir se positionner correctement est un art.

Les exemples que j'ai cités ne sont pas tous récents. Le but n'est pas de montrer ces personnes du doigt, mais de vous sensibiliser à la sécurité dans la pratique des acrobaties.

A - B - C - D

Rappelons que le rôle principal du spotter est d'assurer la sécurité du flyer. Pour ce faire, la communication est centrale au bon déroulement. A quoi faut-il penser? Ici un résumé en quatre lettres:

A - Awareness (Au courant)

B - Besoins

C - Concentration

D - Distance

Awareness (Quoi? Comment?)

  • Quel est le mouvement que vont réaliser la base et le flyer? Cela paraît une évidence: on ne peut sécuriser que si l'on sait ce qui va se passer.
  • Quels sont les risques? Une fois que l'on connaît l'acrobatie, il est important d'identifier les risques. Qu'est-ce qui pourrait mal se passer?
  • Que faire si un de ces scénarios se produit? Comment sauver le flyer? Généralement, le but est d'éviter que la tête vienne frapper le sol. Sécuriser aux épaules est souvent une bonne idée. D'autres possibilités comme le spotting aux hanches, bras, etc. existent également. Il faut savoir s'adapter à chaque acrobatie.
  • Il faut également penser à se placer de façon à ne pas gêner l'exercice. Dans la même idée, il faut être dans une position où il n'y a pas de risque de prendre un coup de pied dans la figure. 

Besoins (Qui? Combien?)

Identifier les besoins de la base et du flyer est essentiel. Le même mouvement peut être spotté différemment suivant leurs besoins. 

  • Est-ce que l'on a besoin d'un Spot grand? Par exemple pour du standing ou du F2F. Faut-il qu'il soit fort/lourd? Pour des figures plus avancées ou techniques, il est souvent déconseillé de sécuriser quelqu'un de plus lourd que soi.
  • Est-ce qu'un spotter est suffisant ou faut-il plusieurs personnes? Dans certains cas, surtout si une acrobatie n'est pas maîtrisée, il est utile d'avoir plusieurs spots afin de pouvoir porter la personne ou d'être présents des deux côtés. Il devient capital de bien être au clair sur ce qui va se passer (cf. point "A") et de se coordonner.
  • Quelle partie a besoin d'être sécurisée? Typiquement, lorsque l'on spot un flow, certaines parties peuvent être maîtrisées et ne nécessitent pas de spot. Cela permet de se replacer directement au bon endroit, sans avoir à suivre le flyer en permanence.
  • Le même spotting peut être réalisé de manière plus ou moins active. Si c'est la première fois que la base et le flyer essaient le mouvement, probablement qu'un spotting actif est adéquat, c'est-à-dire avec contact permanent entre le Flyer et le spotter. Dans certains cas, le spotter peut aider à la réalisation du mouvement, afin de le faire comprendre. A l'extrême opposé, on trouve le spotting "ninja": aucun contact, le spotter n'intervient que s'il voit quelque chose dérailler.
  • Il est parfois possible de faire une préparation en demandant aux protagonistes de montrer une étape antérieure de la progression, ou un exercice similaire, afin de voir à quel niveau ils sont par rapport au trick à réaliser.

Connaître les besoins de la base et du flyer permet de participer à leur progression de manière adéquate. Les petits succès sont toujours un travail d'équipe.

Concentration

Bien que cela puisse paraître évident, il n'est pas inutile de dédier une lettre entière à la concentration. Beaucoup de blessures arrivent malgré le spotter, car ce dernier était inattentif. Un grand rôle implique une grande responsabilité. Il est capital d'être focalisé du début la fin et de ne pas se laisser distraire par les éléments externes. Il faut être prêt à réagir à tout moment. Rester concentrer mettra également en confiance le flyer. Personne ne veut être spotter par quelqu'un qui est dans la lune. 

Distance

Comme règle générale, il faut être le plus proche possible, sans gêner le mouvement qui sera exécuté. Tout le corps peut être utilisé pour sécuriser le flyer, pas uniquement les bras. 

Parfois, le plus proche signifie commencer assez loin, afin de permettre le début du mouvement, puis se rapprocher au fur et à mesure que l'acrobatie est exécutée. On peut également imaginer le contraire. Encore une fois, il est capital de bien être informé sur ce qui va se passer (cf. point "A")

Autres considérations

"Down!" est un terme important, c'est le mot d'urgence. Dès que quelqu'un crie "Down!", la priorité est de faire revenir le flyer au sol, le plus vite possible et de la manière la plus sûre possible. Tous les rôles sont autorisés à dire "down!".

Avec la popularisation de l'acroyoga, de plus en plus de monde participe aux évènements. Parfois, la conséquence est un manque de place. Lorsque c'est le cas, il faut rester respectueux des groupes autour de nous. Si la place est limitée, il y a certains tricks qui ne seront peut-être pas possibles, car il y a un risque de taper les personnes autour de nous. Déstabiliser des personnes en train de pratiquer peut évidemment devenir dangereux. Avant de lancer un trick, il est important de s'assurer que l'espace autour est adéquat. S'il ne l'est pas, il est possible de discuter avec les personnes d'à côté, afin d'avoir de l'espace pendant 5 minutes, puis inverser. Et si ce n'est pas possible, il est parfois sain de garder une acrobatie pour une prochaine fois.

Le premier spotter est la base. C’est la personne le plus proche du flyer, elle doit être prête en permanence pour rattraper une situation qui dégénère. Lorsqu'un trick devient maîtrisé, on n'utilise plus le spotter. La base devient la seule personne à pouvoir sauver un trick qui se passerait mal.

Conclusion

Le spotting est un rôle à part entière qui ne doit pas être délaissé. Il demande d'être travaillé au même titre que les autres, afin de progresser et d'être capable de sécuriser des mouvements de plus en plus pointus. Ici, nous avons parcouru les lignes directrices, mais cela ne remplace en aucun cas un cours et la pratique.

Malheureusement, il n'existe presque pas de cours dédiés exclusivement au spot. Néanmoins, dans chaque cours et workshop, les professeurs prennent le temps d'expliquer comment sécuriser le mouvement qui est enseigné. Cette partie ne doit pas être négligée et est nécessaire à la bonne évolution de l'acroyoga. 

Je vous invite à chercher et prendre connaissance des cours et workshops dispensés dans votre région. Mes prochains workshops sont listés ici.

N'hésitez pas à partager vos expériences sur le sujet en commentaire ou à apporter des compléments. Dites-moi également si vous avez trouvé cet article utile, afin que je décide si je continue sur ma lancée ou si cela ne sert à rien.

Play safe

FABRICE PIÑOL

Partager 
[Administrateur]
12 février 2023
Un grand merci à Amandine pour la relecture et à Noémie qui sans faire exprès, m'a donné l'idée du blog
Christophe M.
12 février 2023
Merci Fabrice de mettre l’accent sur un des aspects de notre discipline qui m’est chère !
Bravo pour cette initiative ❤️💪
Fabrice annecy
17 novembre 2023
Merci pour cet article 🙏
Je nuancerais cependant cet article sur un point. Pour moi la base est le spotter 1,5. Le/la fly est pour moi le premier spot, par proprioception la fly doit avoir le plus possible conscience de sa position et son équilibre dans l'espace.

Laisser un commentaire
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

7 + 6 =
Les dernières entrées
Catégories
Voir ci-dessous